Visite des COFOR 06

Voyage d’étude sur des projets de valorisation de la multifonctionnalité des forêts méditerranéennes

 

Le voyage d’étude s’est déroulé le 19 juin 2017 sur la commune de Vesc. Les participants viennent des Alpes-Maritimes et sont issus du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes, la DDTM06, le PNR des Préalpes d’Azur et de trois communes adhérentes aux communes forestières des alpes maritimes. Ce voyage était organisé avec les soutiens financiers du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes et de la Communauté d’agglomération du Pays de Grasse.

Ce voyage d’étude a permis aux élus et techniciens de rencontrer l’association Sylv’ACCTES et les porteurs de projets forestiers du bassin de Montélimar.

Organisateurs :

Aude BLOM-RAQUIN, Chargée de mission Politique territoriale, filière bois et formation, COFOR06
Adrien STAQUET, Stagiaire mission PSE 2016, COFOR06
Justine PERRET, Stagiaire mission PSE 2017, COFOR06
Lou LINDEN, Chargée de mission bois-énergie, COFOR06
Christelle HARMEGNIES, Chargée de missions Agriculture, Environnement, Gestion de l’espace à la Communauté de Communes de Dieulefit Bourdeaux

Intervenants:

Marc-André BARBE,Vice-président de la Communauté de communes de Dieulefit Bourdeaux
Loïc CASSET, Coordinateur général de l’association Sylv’ACCTES
Christelle HARMEGNIES, Chargée de missions Agriculture, Environnement, Gestion de l’espace à la Communauté de Communes de Dieulefit Bourdeaux
Alain JEUNE, Président de l’ASLGF du Haut Pays de Dieulefit
Jean René LORANG, Expert forestier

Participants:

Titouan BARAER, Responsable d’unité forêt, Service économie agricole, ruralité et espaces naturels, à la DDTM06
René CLINCHARD, Maire  de la commune de Roure
Etienne GALVEZ, Chargé de mission Développement économique au PNR des Préalpes d’Azur
Joëlle GIRAUD, Conseillère municipale à la commune de Valderoure
Serge LEONARD, Délégué forêt à la commune de Pierrefeu
Guy MARECHAL, Chef du service de l'Ingénierie Environnementale, DEGR, Conseil Départemental des Alpes-Maritimes
Jacques VARRONE,Maire d’Auribeau sur Siagne et Président de la COFOR06
Aude BLOM-RAQUIN, Chargée de mission Politique territoriale, filière bois et formation, COFOR06
Lou LINDEN, Chargée de mission bois-énergie, COFOR06
Justine PERRET,
Stagiaire mission PSE 2017, COFOR06

 

Déroulé de la matinée de présentation

Présentation de l’association Sylv’ACCTES par Loïc CASSET

Création de l’association :

Sylv’ACCTES est une association de loi 1901, créée en Septembre 2015 par trois membres fondateurs :
·La Banque Neuflize
·La Région Auvergne Rhône-Alpes
·La Métropole de Lyon

La réflexion a débuté en 2014.

Principal objectif:

Accompagner des parcours de gestion des forêts permettant la production conjointe de bois et de services.

Financements :

· Publics : collectivités locales

Régime de financement : Subventions

· Entreprises : non soumises au marché des quotas carbone pour éviter les risques de GreenWashing

2 régimes de financements :

  • Sponsoring : l’entreprise en tire un avantage commercial
  • Mécénat : Action désintéressée et sans contrepartie envers une œuvre ou personne pour l’exercice d’activités d’intérêt général

L’entreprise peut choisir sur quel territoire sera engagé le financement.

L’association s’engage auprès des entreprises à leur fournir  un rapport détaillé sur l’usage des fonds et leur permet d’intégrer la gérance de Sylv’ACCTES.

Mode d’action :

Sylv’ACCTES s’appuie sur des territoires de type :
· Parc Naturel
· Communauté de communes
· Chartre forestière de territoire

Chaque territoire se dote d’un Plan Sylvicole Territorial (PST).

Le PST est un document synthétique constitué d’une:
· Présentation du contexte et des enjeux forestiers : stratégies locales
· Description des modes  de gestion adaptés aux enjeux du territoire
· Analyse socio-environnementale réalisée par Sylv’ACCTES

Ce sont les territoires en concertation avec les gestionnaires forestiers locaux qui définissent les modes de gestion à adopter et les montants économiques des opérations à accompagner. Une fois le PST validé par Sylv’ACCTES, celui-ci ouvre le droit aux propriétaires forestiers (publics ou privés) de demander une aide à sylv’ACCTES pour mettre en place des projets sylvicoles en rapport avec le PST. Les propriétaires forestiers disposant d’une faible surface, sont encouragés à se regrouper en ASLGF ou en GF.                                                                                                                                                                              

Actuellement 7 territoires ont été mis en place et permettent de représenter une grande diversité de peuplements forestiers.

Les  modes de gestion sont analysés par l’association sur 4 paramètres :
· L’efficacité carbone : séquestration et stockage du carbone
· L’impact sur la  Biodiversité locale
· L’impact écosystémique : impact sur les paysages, la qualité de l’eau et l’accueil du public, la protection contre les risques naturels, etc.
· La capacité de l’itinéraire à s’inscrire dans un circuit économique

Analyse :

  • du retour sur investissement
  • de l’usage des produits : l’usage doit être adapté à la demande locale
  • de l’emploi créé
  • de l’impact  sur le changement climatique

Ces paramètres sont vérifiés par un comité scientifique et technique composé de forestiers et d’association de protection de la nature.

Bénéficiaires des aides :

· Les communes
· Les propriétaires forestiers privés et leurs regroupements
· Pourvus d’un document de gestion (Aménagement forestier / Plan Simple de Gestion) ou engagés dans un programme de certification de gestion forestière (type PEFC ou FSC)

 

Présentation du contexte forestier dans le Bassin de Montélimar par Christelle Harmegnies 

Le Bassin de Montélimar est l’un des territoires engagés dans la démarche.

Le territoire était autonome dans la démarche et s’est appuyé sur des outils d’aide à la décision simples dont le référentiel de Sylv’ACCTES.  Le PST a émané d’une concertation entre les acteurs du territoire tels que le CRPF, l’ONF et la Communauté de communes.

La communauté de communes Dieulefit Bourdeaux assure l’animation du PST sur le territoire.

 

Mobilisation des propriétaires forestiers :

En 2013, une mobilisation des propriétaires forestiers a été réalisée par la communauté de communes Dieulefit Bourdeaux en collaboration avec le CRPF. Cette mobilisation s’est faite par l’envoi de courriers aux propriétaires forestiers et par l’organisation de journées de sensibilisation réalisées par un expert forestier.

L’objectif de ces courriers était de faire réagir les propriétaires quant à la nécessité de réaliser des travaux sylvicoles dans leur forêt pour faire suite aux travaux de plantations subventionnés par l’état dans les années 1980-1990.

Les journées de sensibilisation étaient destinées à informer les propriétaires des différents travaux qu’il était possible de réaliser et des différentes formes de regroupement existantes, facilitant la réalisation de travaux et l’obtention de financements.

Cette initiative a découlé de la mise en place d’un projet régional lancé en mai 2013 et visant à  encourager les propriétaires forestiers à gérer durablement leur forêts et à relancer la filière forêt-bois dans les territoires. L’investissement de la région dans des travaux sylvicoles s’élève à  800 000 euros et passe désormais par l’intermédiaire de l’association Sylv’ACCTES.

Présentation de l’ASLGF du Haut Pays de Dieulefit par Alain Jeune 

Contexte forestier en Drôme :
· Taux de boisement : 51%
· 74% de forêt privée
· Forêts issues essentiellement de la déprise agricole et de quelques plantations datant des années 80-90 et permises par des subventions publiques

Composition de l’association :
· 32 membres
· 776 ha
· 300 parcelles

Fonctionnement de l’association :

Cette association présente un conseil syndical constitué de 6 membres. Ce sont des propriétaires bénévoles. L’association fait appel à un expert forestier, Jean René LORANG,  qui est le régisseur pour l’association. 

Situation Actuelle :  

Actuellement, le bois est vendu sur pied en tant que bois de chauffage mais à termes, l’association souhaite produire du bois de qualité afin de le vendre en bois d’œuvre.

 

Déroulé de l’après-midi sur le terrain

Première visite :

Nous sommes allés à la rencontre d’un agriculteur de la commune de Vesc dont les activités sont :

· Élevage de brebis et de bovins de race Aubrac
· Atelier de transformation (production de pâté, …) et vente directe des produits
· Accueil du public dans le cadre du programme " bienvenu à la ferme "
· Production et vente d’énergie solaire
· Exploitation forestière et production de plaquettes

Cet agriculteur nous a fait visiter son exploitation et en particulier ses bâtiments.

Nous avons d’abord visité le bâtiment consacré au séchage du foin équipé d’un prototype ingénieux de circulation d’air chaud.

Nous avons poursuivi la visite dans un bâtiment en tiers investisseurs consacré au stockage de grumes, des palettes et du matériel de broyage. Ce bâtiment a été construit par la société Sun’R sur un terrain qui appartient à l’agriculteur. Sur le toit, la société a fait installer des panneaux solaires pour produire de l’énergie qu’elle revend à EDF. Pendant les 20 années qui suivent la construction du bâtiment, la location du terrain par la société est équivalente à la location du bâtiment par l’agriculteur qui en fait usage. Au bout de 20 ans et pour une durée de 10 ans, la société devra verser une somme d’argent à l’agriculteur pour la location du terrain. Au bout de 30 ans, l’agriculteur sera propriétaire du bâtiment.

Par la suite, nous nous sommes rendus sur une de ses parcelles forestières où des travaux d’éclaircissement favorables à la pratique du sylvo-pastoralisme ont été financés par la communauté de communes. Ces travaux visaient à maintenir une distance inter-plants de 8-10 m pour permettre le passage des engins et favoriser le développement des herbacées.

Deuxième visite :

1ère parcelle visitée :

Jean René LORANG, expert forestier de l’ASLGF du Haut Pays de Dieulefit, nous a emmenés sur une parcelle forestière soumise à un plan de gestion visant à irrégulariser le peuplement pour atteindre à terme une production de bois de meilleure qualité vendue en bois d’œuvre.

Des plantations de Douglas, de Pins Laricio, de Frêne et de Chêne avaient été menées dans les années 80-90. L’absence de travaux sylvicoles jusqu’alors a conduit à une densité forte de peuplement, particulièrement en Douglas et par conséquent à la production de bois de faible qualité.

La première étape à été de réaliser des cloisonnements de 4 m de large tous les 15 m environ afin de permettre la circulation des engins. Les cloisonnements ont entrainé un prélèvement de 20% du peuplement initial.

Une éclaircie supplémentaire a été effectuée au sein même du peuplement (5% du peuplement). Les arbres conservés sont les arbres droits avec des branches fines. Ce travail de sélection permet d’aboutir à des bois droits sans branches, destinés à du bois d’œuvre, sans avoir recours à de l’élagage.

Les éclaircies favorisent la croissance en largeur des arbres conservés.

 

2ème parcelle visitée :

Des éclaircies ont été effectuées afin d’aboutir à une irrégularisation du peuplement. L’éclaircissement à permis d’obtenir des plants de diamètre différents. L’irrégularisation n’est cependant pas complète car les arbres ont tous le même âge.

D’autres éclaircies sont prévues afin d’amener de la lumière au sol pour  permettre une régénération naturelle en douglas et autres feuillus (Châtaigner) et ainsi une diversification des essences présentes. L’objectif est d’aboutir à  une association Douglas/Châtaigner qui favorise la croissance droite des arbres et ainsi, l’obtention de bois de qualité sciage.

Dans la Parcelle, les graines de Douglas ont une diversité génétique faible. La régénération naturelle devrait permettre d’augmenter cette diversité génétique et ainsi de générer des individus capables de s’adapter au changement climatique. L’éclaircie et la régénération naturelle favorise le développement d‘essences adaptées à la station. Avec le changement climatique, il est à prévoir un remplacement de certaines essences actuellement présentes telle que le Châtaigner qui pourrait être remplacé par du chêne.

Certains arbres proches des chemins fréquentés sont conservés malgré leur faible intérêts économique afin de ne pas impacter le paysage. Des bois morts sont laissés sur la parcelle afin d’attirer les insectes xylophages qui favorisent la présence de prédateurs qui sont les mêmes que pour les insectes attaquant les bois vivants. Ainsi la présence de ces bois morts permet d’anticiper une attaque des arbres d’intérêts par des insectes. Ces bois morts permettent également de limiter le ruissellement en cas de pluies cévenoles.

Vente de bois :

Le regroupement des propriétaires forestiers en ASLGF, permet de mettre sur le marché un volume important de bois. L’estimation préalable, dans chaque parcelle, du volume sur pieds de bois destiné à être coupé et vendu en bois énergie permet, in fine, de répartir les bénéfices de la vente entre les propriétaires.

Pour les bois de qualité destinés à être vendu en bois d’œuvre, ceux-ci sont numérotés et cubés et le revenu de leur vente revient au propriétaire directement.

Aides à l’investissement :

Les propriétaires forestiers recevront des aides par l’intermédiaire de Sylv’ACCTES pour certaines étapes du plan de gestion appliqué à ces parcelles.